Semaine de l’Art Moderne du Brésil

La Semaine d’art moderne du Brésil s’est déroulée du 13 au 17 février 1922 au Teatro Municipal de São Paulo et a été animée par un groupe d’artistes qui ont osé rêver et promouvoir des changements sur la scène artistique. L’événement a marqué le début du modernisme au Brésil et est devenu une référence culturelle majeure du XXe siècle.

Les artistes ont intégré des influences du mouvement moderniste européen pour repenser l’art et l’identité de la culture brésilienne. Ils ont d’abord reçu le soutien des élites politiques, des journaux et des salons de São Paulo. Bien que l’événement se soit déroulé de manière restreinte à l’époque, il a acquis une forte importance historique au fil des ans. 

A Semana de Arte présentait chaque jour une expression culturelle différente : peinture, sculpture, poésie, littérature et musique. Parmi les participants figuraient de grands noms du modernisme brésilien tels que Mário de Andrade, Oswald de Andrade, Anita Malfatti, Di Cavalcanti, Víctor Brecheret, Plínio Salgado, Menotti Del Picchia, Guilherme de Almeida, Sérgio Milliet, Heitor Villa-Lobos, Tácito de Almeida et Agenor Fernandes Barbosa.

« Forger de nouvelles significations à partir de la ruine des anciennes notions de langage, établir une grande ligne de partage des eaux entre le passé et le présent, entre l’art d’alors et l’art d’aujourd’hui, bref, instituer la discontinuité, cette catégorie qui a si bien caractérisé le regard moderniste. Le futurisme, le dadaïsme, le surréalisme, l’expressionnisme ont cherché à dépasser une fois pour toutes les codes esthétiques dits «réalistes» et à capturer les images fiévreuses d’une nouvelle ère de vitesse, de sport, d’action et de technique ».

À partir de 1924, il est possible de voir plus clairement l’importance et l’avenir du défi consistant à réinventer l’histoire du Brésil.

«[…] cette période a été marquée par une production culturelle extrêmement riche. Il y avait des œuvres d’art, des livres, des poèmes et des films caractérisés par un immense désir moderniste de comprendre le Brésil, de le repenser, en rejetant les théories colonisatrices et toutes les explications déterministes – climat, race, métissage – qui pèsent encore sur la compréhension du pays».

[Extrait] in História do Brasil nação : 1889-1930. A Abertura para o mundo, Vol. III, / de Elias Thomé Saliba ; Lilia Moritz Schwarcz (coord.), Rio de Janeiro, 2014, p. 274-277

Bibliographie

 

 

 

 

Revues modernistes du Brésil

Le modernisme au Brésil est apparu au début du 20e siècle, provoqué par une lassitude de la littérature et des arts basés sur des moules classiques. D’Europe, les tendances d’avant-garde (cubisme, futurisme, surréalisme, etc.) commencent à arriver et avec elles, le groupe moderniste qui, en 1922, en plus d’adopter ces nouvelles tendances, cherche également à trouver une identité nationale, en préservant et en valorisant la culture du pays.

Dans ce sens, l’attention est attirée sur le rôle pertinent que les magazines culturels ont eu au début du vingtième siècle, car c’est à travers eux que les écrivains et les artistes du groupe moderniste ont transmis leurs messages, devenant ainsi un moyen de diffusion des idées.

Dans la bibliographie proposée ci-dessous, nous avons répertorié, par ordre chronologique, un ensemble de huit revues de la période moderniste entre 1922 et 1929, ” s’imposant en vérité comme des organes nationaux du modernisme.

Sélection de revues modernistes

 

Updated on 17 mars 2022

Paramètres des Cookies

Sélection de Cookies

La Fondation Calouste Gulbenkian utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation, et pour améliorer la sécurité et la performance du website. La Fondation peut également utiliser des cookies pour partager des informations sur les médias sociaux et pour afficher des messages et des autres publicités adaptés à vos intérêts, sur notre website et dans d'autres websites.