Ângela Ferreira, structures et gestes — Indépendance Cha Cha & #BucketsystemMustFall

du 04 juillet 2021 au 25 septembre 2021 | Centre d’art Ygrec-ENSAPC & au Centre d’art de l’Abbaye de Maubuisson

Lauréat de la 1ère édition de l’Appel à projets – Expositions GULBENKIAN, le centre d’art Ygrec-ENSACP accueille l’artiste portugaise Ângela Ferreira. 

Du 4 juillet au 25 septembre 2021, l’exposition Ângela Ferreira, structures et gestes — Indépendance Cha Cha & #BucketsystemMustFall se déploie sur deux sites :

le Ygrec-ENSAPC, Centre d’art de l’Ecole nationale supérieure d’arts Paris-Cergy situé à Aubervilliers (93) et le Centre d’art de l’Abbaye de Maubuisson, situé à Saint Ouen-L’Aumône (95). L’artiste y propose deux dispositifs distincts en relation avec les deux contextes spécifiques : d’une part l’architecture patrimoniale du parc de l’abbaye, de l’autre la densité urbaine et l’histoire migratoire d’Aubervilliers.

#BucketsystemMustFall – Centre d’art Ygrec-ENSAPC, Aubervilliers (93)
Vernissage le samedi 03 juillet de 14h30 à 19h
Ouverture du mercredi au samedi de 13h à 19h

Indépendance Cha Cha – Centre d’art de l’Abbaye de Maubuisson, Saint Ouen-L’Aumône (95)
Vernissage le dimanche 04 juillet de 14h30 à 18h15
Ouverture tous les jours sauf le mardi de 13 h à 18h15
Mercredi 9h30 – 11h45 et 13h – 18h15

À Ygrec-ENSAPC, Ângela Ferreira propose une nouvelle installation spécialement conçue pour le centre d’art. Intitulée #BucketsystemMustFall, elle fait référence au mouvement de protestation étudiant sud-africain #RhodesMustFall, dirigé au départ contre la statue commémorative de Cecil John Rhodes (colonialiste britannique, 1853-1902), symbole de la persistance d’un racisme institutionnel au sein de l’université de Cape Town. Le 9 mars 2015, afin d’appeler à son retrait, l’activiste Chumani Maxwele se saisit d’un seau d’excréments et le déverse sur la statue. Très médiatisé, ce geste aboutit au déboulonnement de la statue et amorce une forte mobilisation à travers toute l’Afrique du Sud prônant la décolonisation de l’éducation et des universités. En rapprochant les images de la statue déchue de toilettes précaires, Ângela Ferreira articule les idées de déboulonnement, d’activisme politique avec la symbolique du « bucket system toilet », révélateur flagrant d’inégalités sociales et de ségrégation. Enfin, « de manière implicite, l’installation met en évidence la question et la signification de l’utilisation des matières fécales humaines comme outil de déclaration politique. Une image qui semble être devenue centrale dans les problèmes urbains sud-africains. »

Des façades aux monuments, la double-exposition d’ Ângela Ferreira témoigne de son intérêt pour l’architecture et du travail d’enquête que l’artiste mène pour rendre visible les agendas politiques et idéologies que les constructions – sous toutes leurs formes – véhiculent. Conjuguant recherche et expérimentation plastique, ses dispositifs – qu’ils soient sculpturaux, vidéos, photographiques – explorent les survivances et les fantômes du colonialisme et du post-colonialisme au sein de la société contemporaine. Ils contribuent à mettre au jour des mémoires et récits non-officiels et les mécanismes insidieux d’oppression, tout en problématisant les utopies révolutionnaires de la période euphorique entourant les mouvements d’indépendance africains et de la construction nationale.

Au centre d’art de l’abbaye de Maubuisson, Ângela Ferreira présente dans la grange du parc Indépendance Cha Cha, une installation composée notamment d’une sculpture en bois d’envergure. Inspirée par sa participation à la biennale de Lubumbashi (République Démocratique du Congo) en 2013, la sculpture emprunte sa forme moderniste à celle de la façade d’une station service située dans le centre de Lubumbashi réalisée par l’architecte belge Claude Strebelle à la fin des années 50. Cette sculpture sert de support à la projection de deux vidéos. La première documente une performance organisée par l’artiste lors de la biennale de Lubumbashi, dans laquelle deux chanteurs entonnent la chanson « Je vais entrer dans la mine ». Dans la seconde, qui donne son titre à l’œuvre, le groupe musical de l’Hôtel du Parc de Lubumbashi interprète « Indépendance Cha Cha », un hymne emblématique du mouvement d’indépendance francophone africain. En interaction avec la sculpture, est présentée une série de collages qui incluent des photographies et différents documents relatifs aux événements présentés dans les vidéos.

Afin de partager les interrogations artistiques et sociales inhérentes à l’œuvre d’ Ângela Ferreira au-delà des deux sites d’exposition, une série de rencontres et un séminaire sont organisés avec le Théâtre de La Commune d’Aubervilliers à l’automne 2021, invitant des étudiants, chercheurs et acteurs associatifs.

Commissaires d’exposition : Corinne Diserens, Marie Menèstrier et Guillaume Breton

Biographie de Ângela Ferreira