EUROPA, Oxalá

MUCEM (Marseille) : 20 octobre 2021 – 16 janvier 2022 | Fondation Gulbenkian (Lisbonne) : 3 mars 2022 – 30 mai 2022 | AfricaMUSEUM (Tervuren / Belgique) : 6 octobre 2022 – 5 mars 2023

En Europe, à partir des années 60, les flux de populations ayant eu un vécu colonial – retornados, pieds-noirs, rapatriés, Africains, Maghrébins, Asiatiques, Caribéens – portaient en eux un tissu de mystère, de nouveauté, d’exotisme, de fuite, de migration et de mémoires éparses. Leur présence attestait du passage de l’Europe comme continent colonisateur à une Europe postcoloniale. Aujourd’hui, les enfants et les petits-enfants des générations ayant vécu les processus de décolonisation, ainsi que nombre de citoyens non occidentaux vivant en Occident, s’interrogent depuis une nouvelle perspective d’énonciation. Une de ces questions porte sur le lieu hybride dans lequel ils habitent, celui du non blanc européen, de l’oriental européen, du latino-américain européen.

L’exposition « EUROPA, Oxalá » présente les travaux de vingt-et-un artistes et intellectuels européens dont les origines familiales se situent dans les anciennes colonies. Ces « enfants d’empires », nés et élevés dans un contexte postcolonial, proposent ici une réflexion sur leur héritage, leur mémoire et leur identité.

Leurs parents et grands-parents sont nés et ont vécu au Congo, en Angola, en Guinée, au Bénin, en Algérie, à Madagascar ; et ces artistes ont hérité non seulement des voix, des sons et des gestes, mais aussi des images et des souvenirs de leurs cultures d’origines, point de départ d’un important travail de recherche dans les archives historiques. De ce fait, leurs productions artistiques nourrissent une réflexion originale sur le racisme, la décolonisation des arts, ou encore la déconstruction de la pensée coloniale. La façon dont certains d’entre eux conjuguent langages contemporains et processus traditionnels constitue un apport essentiel pour l’Europe contemporaine. Le caractère novateur et transnational des travaux de ces artistes « post mémoire » a d’ailleurs profondément marqué la scène artistique et culturelle ces deux dernières décennies.

À travers leurs travaux, « EUROPA, Oxalá » témoigne de la puissance créatrice de la diversité culturelle européenne contemporaine, ouvrant de nouvelles perspectives à la notion d’Europe.

Commissaires : Katia Kameli (artiste et commissaire), Aimé Mpane Enkobo (artiste et commissaire), António Pinto Ribeiro (commissaire, université de Coimbra)

Scénographe : Joris Lipsch, Studio Matters

Artistes : Aimé MPANE ; Aimé NTAKIYICA ; Carlos BUNGA ; Délio JASSE ; Djamel KOKENE-DORLEANS ; Fayçal BAGHRICHE ; Francisco VIDAL ; John K. COBRA ; Josèfa NTJAM ; Katia KAMELI ;  Malala ANDRIALAVIDRAZANA ; Márcio DE CARVALHO ; Mohamed BOUROUISSA ; Mónica DE MIRANDA ;  Nú BARRETO ; Pauliana VALENTE PIMENTEL ;  Pedro A.H. PAIXÃO ;  Sabrina BELOUAAR ; Sammy BALOJI ; Sandra MUJINGA ;  Sara SADIK

Ngunda (2018-2020) © Aimé Mpane
P.O.V.(Point of view) (2021) © Aimé Ntakiyica
Untitled (Model #18) (2004) © Carlos Bunga
Terreno ocupado (2014) © Delio Jasse, courtoisie de l’artiste et de Tiwani Contemporary
« Ça a été », série fouet (2009) Djamel Kokene-Dorléans © Adagp, Paris, 2021
Souvenir (2009) © Courtoisie Fondation Kamel Lazaar. Crédit photo : Didier Plowy
Rhythm and Poetry (2006) © Courtoisie Musée d’Art contemporain d’Elvas / Collection António Cachola. Crédit photo : Alberto Mayer
Sans titre (2020) © Roland Gunst / John K Cobra, courtoisie de l’artiste
Mélas de Saturne (2020) © Josèfa Ntjam, courtoisie de l’artiste et de la galerie NıCOLETTı, Londres
Le Roman algérien, chapitre 1 (2016) Katia Kameli © ADGP, Paris, 2021
Malala Andrialavidrazana, Figures 1883, Reference Map for Business Men (2019), © Malala Andrialavidrazana
Falling Thrones 2020, Statue: King Leopold II, Athlete: Patrice Lumumba (2020), © Márcio de Carvalho
Nous sommes Halles (2002-2005) © Mohamed Bourouissa / Adagp, Paris 2021
Black Boards (série Black Tales) (2018) © Mónica de Miranda, courtoisie Carlos Carvalho Arte Contemporânea
Traços Diário 3 (2020) Nú Barreto © Courtoisie de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris—Bruxelles ; photo : Bertrand Huet / Tutti image
Série Afro Descendentes (2020) © Pauliana Valente Pimentel
La Lupara (2020) © Pedro A. H. Paixão
Dada (2018) Sabrina Belouaar © Adagp, Paris, 2021. Courtoisie Mohamed Bourouissa
Sans titre/untitled (2016), © Sammy Baloji, courtoisie de l’artiste ; photo : Aurélien Moll
Camouflage Waves #2 (2018) © Sandra Mujinga ; courtoisie de l’artiste et de Croy Nielsen, Vienne ; photo : Jan Khür
Mercato (2018) © Sara Sadik, courtoisie de l’artist

 

 

Co-production :