Rui Chafes et Alberto Giacometti

Gris, Vide, Cris

Musée de la Fondation Calouste Gulbenkian (Lisbonne) : Mars – Juin 2021

 « Tout l’art du passé, de toutes les époques, de toutes les civilisations, surgit devant moi, tout est simultané comme si l’espace prenait la place du temps ».

Cette réflexion d’Alberto Giacometti est le point de départ de la rencontre entre cet artiste et le sculpteur contemporain Rui Chafes, un défi lancé par Helena de Freitas, commissaire à la Fondation Calouste Gulbenkian. Le projet se développe comme une recherche sur le lexique commun aux deux artistes, l’intemporalité, la dématérialisation et le vide.

Rui Chafes est né en 1966, l’année de la mort d’Alberto Giacometti et aucun élément biographique ou historique ne penche en faveur d’un dialogue. On serait donc en droit de s’interroger sur le sens et la nature de cette association puisque dans les faits les deux artistes ne se sont pas croisés. Dès sa genèse, cette exposition s’est donc voulu une rencontre. Sans dévier par rapport à la nature de sa recherche, Rui Chafes permet une approche unique de l’œuvre de Giacometti, une expérience sensible où silence et solitude s’imposent

Comment atteindre, à partir de la matière, le point où confluent immatérialité et transcendance ?  Comment représenter l’invisible ? Alberto Giacometti  et Rui Chafes prennent des chemins autonomes de recherche pour y parvenir : Giacometti dans un labeur de dématérialisation exaspérée, Rui Chafes en défiant le fer jusqu’aux limites de l’impondérabilité. La tension provoquée par les œuvres des deux sculpteurs se tisse sur le fil d’une lame, entre ascension et chute. 

Gris, Vide, Cris, les trois mots qui ont réuni les deux sculpteurs dans un espace en dehors de l’Histoire et des limites du Temps, les font oser les chemins de la nuit et de l’inconnu.

Cette exposition est réalisée en partenariat avec la Fondation Giacometti.

 Commissaire : Helena de Freitas