Francisco Tropa | Che Vuoi ?

Du 18 juin au 25 septembre 2022 | CPACC – La Croix de Fer, Thiers

Le Creux de l’Enfer est un centre d’art contemporain labellisé « d’intérêt national » situé dans le site emblématique de la Vallée des usines de Thiers, ancien fleuron de la production coutelière où résonne continuellement le fracas de la Durolle, ce torrent déferlant qui rend le lieu particulièrement atypique.
Le Creux de l’enfer accompagne depuis 1988 les artistes dans leur recherche et la production de leurs œuvres, se révélant comme un lieu d’expérimentation propice à l’émergence d’œuvres souvent inédites, portées par des artistes renommés ou émergents. Le centre d’art conçoit ainsi des œuvres remarquables et plusieurs expositions temporaires par an, tout en facilitant tous les jours le lien avec les publics par des actions de médiation et des projets de territoire.

L’exposition de Francisco Tropa au CPACC – La Croix de Fer a été organisée dans le cadre de la Saison France-Portugal 2022 par Le Creux de l’Enfer, lauréat de la 2e édition (2021-2022) de l’appel à projets Expositions GULBENKIAN. Ce programme vise à soutenir l’art portugais au sein des institutions artistiques françaises.

Les œuvres présentées par Francisco Tropa ont été réalisées dans le cadre d’une résidence art-entreprise chez Eprose à Thiers. L’artiste est représenté par la Galerie Jocelyn Wolff.

 

 

Les nouvelles lanternes conçues par Francisco Tropa s’inscrivent dans une famille d’objets qu’il fabrique et perfectionne dans son atelier depuis dix ans. Constituées de dispositifs mécaniques et lumineux, ces lanternes nous font assister à la naissance d’une image. Objets au statut hybride, entre sculptures et instruments optiques, ces lanternes se présentent avant tout comme des systèmes mécaniques d’une telle précision et d’une telle beauté technique qu’elles semblent issues d’un autre âge, faisant un écho aux premières expériences photographiques et cinématographiques du XIXème siècle. Elles se composent d’une optique et d’une lampe entre lesquelles l’artiste positionne un objet qu’il qualifie de « modèle issu de la nature se résumant à un élément isolé, tel un écoulement de sable, une goutte d’eau ou une toile d’araignée qui, sans subir d’altération, a fait le saut depuis la nature, vers l’intérieur des sculptures ». L’objet souvent gravitationnel est alors transformé en image agrandie et inversée superposée 1 Les machines au mouvement perpétuel. Francisco Tropa en conversation avec Nuno Crespo, in Arenario, Porto, Universitade Católica Portuguesa, School of Arts Citar, Sistema Solar (Chancela Documenta), 2021, p190. à sa propre ombre « comme au sein d’une camera obscure à l’intérieur de laquelle les spectateurs seraient immergés » . En effet, l’un des ressorts essentiels des lanternes de Tropa est le changement d’échelle qu’elles opèrent par le truchement de la projection, du micro vers le macrocosme. Projetée à cette dimension, la goutte d’eau, dont on perçoit la surface vibrante, devient un événement visuel aussi puissant que la chute d’eau de l’Enfer.

Francisco Tropa se plaît à poursuivre l’évolution technique de ses lanternes avec les artisans qui le guident vers de nouvelles expérimentations. Insatiable curieux des métiers et des savoir-faire auxquels il accorde une attention tout à fait essentielle dans son œuvre, sa venue à Thiers a été l’occasion de faire évoluer la structure formelle de ses lanternes avec l’entreprise de mécanique de pointe Eprose, spécialisée dans la production d’outils de poinçonnage. Cette collaboration a permis d’épurer la structure du dispositif de projection et de lui donner une dimension inédite, mais aussi de travailler de nouveaux traitements de surface.

Au sein de l’installation composée de lanternes et d’écrans positionnés face à face, l’artiste crée les conditions de nouvelles interactions symboliques avec le visiteur en plaçant à la croisée des faisceaux lumineux deux éléments en tension et en équilibre sur une estrade. Un seau chargé de charbon suspendu à la corde d’une poulie, elle-même rattachée à une porte entrebâillée dans son châssis : cet ensemble d’éléments campe une scénographie annonçant la catastrophe imminente. Figure picturale récurrente que Tropa se plaît à faire apparaître dans nombre de ses œuvres, la porte renvoie au motif surréaliste magrittien traduisant le passage d’un état à un autre. Alors que nous nous exposons dans les cônes de lumières dans lesquels toute chose devient manifeste, cette scène d’équilibre reste suspendue dans une temporalité inversée : « Ce que nous voyons n’est pas ce qui a eu lieu, mais ce qui a toujours été. C’est un temps hors du temps. C’est un instant ni dans le passé, ni dans le présent, ni dans le futur. C’est un instant éternel de devenir, une pure possibilité dans laquelle les lois de la physique ne semblent plus s’appliquer, et dans laquelle toute la connaissance semble disparaître » écrit Federico Ferrari à propos de l’installation composée d’un ensemble de lanternes que l’artiste réalise en 2011 dans le cadre de la Biennale de Venise.

Revenant à la figure initiale du désir, l’exposition Che voi ? appelle d’autres lectures plastiques associées à l’image de cette porte entre[1]bâillée. Pour n’en citer qu’une, on pourrait évoquer la Porte de l’En[1]fer, grand chef-d’œuvre (en tout point opposé à la version épurée qui nous est donnée à voir), pour lequel Auguste Rodin a créé plus de 250 sculptures fondatrices de son œuvre. La Porte de l’Enfer reflète moins la punition des péchés de L’Enfer de Dante que l’esprit des Fleurs du mal de Baudelaire, explorant les passions humaines et tout particulièrement les tortures que le désir fait naître en chacun de nous. Sophie Auger-Grappin Directrice du Creux de l’Enfer Centre d’art contemporain d’intérêt national.

 

 

Updated on 12 juillet 2022

Paramètres des Cookies

Sélection de Cookies

La Fondation Calouste Gulbenkian utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation, et pour améliorer la sécurité et la performance du website. La Fondation peut également utiliser des cookies pour partager des informations sur les médias sociaux et pour afficher des messages et des autres publicités adaptés à vos intérêts, sur notre website et dans d'autres websites.