Exiliance au féminin dans le monde lusophone (XXe-XXIe siècle)

Event Slider

Date

Loading

Localisation

Salle de conférences 39 Boulevard de la Tour Maubourg, Paris

Les multiples révolutions et crises géopolitiques ayant ponctué le siècle dernier ont conduit des millions d’individus à quitter leur pays d’origine pour chercher la paix et/ou la liberté, survie ou tout simplement de meilleures conditions d’existence. Les territoires et les pays unis par la langue portugaise – qui constituent le «monde lusophone» – ont assisté à différentes vagues migratoires et exiliques déclenchées par des régimes dictatoriaux, des guerres d’indépendance et/ou civiles mais aussi liées à divers problèmes structuraux découlant de la pauvreté et de l’instabilité politique.

Même si, selon la tradition (notamment dans le monde lusophone), les hommes ont été les premiers à partir, l’émigration et l’exil ont également marqué l’univers féminin. Au cours des dernières décennies, le nombre de femmes migrantes a augmenté et leur visibilité sociale et culturelle, en tant que sujets d’expérience et/ou de représentation, s’est largement accrue.

Nous envisageons ici de développer et d’approfondir la fonction et la perspective des femmes dans les différents processus migratoires à travers les Arts et les Lettres. Mais au lieu de considérer un champ exclusivement national et de séparer l’é/immigration de l’exil, nous proposons d’élargir cette problématique aux différents contextes du monde lusophone, à partir de la notion d’exiliance, selon le néologisme créé par Alexis Nouss (2015) pour désigner «le noyau existentiel commun a toutes les expériences des sujets migrants» qui, d’après l’auteur de La condition de l’exilé, se décline en condition et conscience, les deux pouvant ne pas coïncider ou bien coïncider à différents degrés. Sans vouloir annuler les différences entre les expériences et les destins individuels sur lesquelles les représentations littéraires ou artistiques ont justement tendance à se pencher, la notion d’exiliance recouvre des questions qui dépassent les cadres d’analyse socio-économique normalement utilisés lorsque l’on parle de migrations, à savoir tout ce qui concerne les processus de subjectivation et le travail de la mémoire interférant dans les constructions identitaires et traversant différentes générations.

Colloque organisé par l’université Paris-Sorbonne (CRIMIC), l’université de Porto (FLUP/ILCML), Camões, I.P., la Maison du Portugal – André de Gouveia, la Fundação para a Ciência e Tecnologia

Comité organisateur:

Maria Graciete BESSE (CRIMIC – Paris-Sorbonne)
Ana Paula COUTINHO (ILC- Universidade do Porto)
Maria ARAÚJO DA SILVA (CRIMIC – Paris-Sorbonne)
Maria de Fátima OUTEIRINHO (ILC- Universidade do Porto)

Paramètres des Cookies

Sélection de Cookies

La Fondation Calouste Gulbenkian utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation, et pour améliorer la sécurité et la performance du website. La Fondation peut également utiliser des cookies pour partager des informations sur les médias sociaux et pour afficher des messages et des autres publicités adaptés à vos intérêts, sur notre website et dans d'autres websites.